Œil de Sainte Lucie (ou œil de Shiva)




On en trouve assez facilement sur les rivages méditerranéens et plus précisément en CORSE mais aussi dans d’autres pays Tropicaux sous une autre espèce bien sur.

Cette pierre est souvent commercialisée sous le nom d’Œil de Shiva ou Œil de chat. Pour l’œil de chat ne pas le confondre avec du Chrysobéryl.

Introduction :

Pour commencer définissons ensemble ce qu’est un œil de St Lucie.
Un Œil de Sainte Lucie est l’opercule d’un mollusque, le Turbo, et prend aussi le nom d’œil de Shiva lorsque l’opercule provient des mers tropicales.

Cette pierre chargée d’histoire est utilisée comme porte bonheur.
Elle représente selon la tradition les yeux de Sainte Lucie, martyre et patronne des aveugles et des électriciens (Lucie en latin = lumière).

Ses énergies apportent confiance en soi et protection dans vos actions. Les minéraux naturels sous la forme de galets pierres roulées sont des outils très appréciés pour la pratique de la lithothérapie au quotidien.

En effet, leur petite taille permet de les porter en permanence sur soi pour profiter des énergies.

Un pendentif coûte en moyenne 20 euros selon sa taille et sa qualité.

Les couleurs varient du brun, bleu à l’orangé en passant par du vert.

Vérifiez bien la provenance et le vendeur, s’il ne sait pas répondre à vos questions allez ailleurs.

Œil de tigre




On sait qu’en Mésopotamie ce minéral était déjà connu : on l’appelait l’œil de Bellus, sachant que Bellus-Marduk était un dieu très important à Babylone, surtout au temps de Nabuchodonosor. Une autre tradition, d’origine inconnue, raconte qu’autrefois, les hommes, avant de partir pour un long voyage, donnaient à boire à leur femme du lait dans lequel avait trempé une amulette sculptée dans l’œil-de-tigre : cela leur garantissait (peut-être) non pas la fidélité de leur épouse, mais l’absence de grossesse en cas d’écart de conduite…

Il décrit ainsi l’œil-de-loup (qui passe souvent pour être l’ancien œil-de-tigre) : « Pierre œil-de-loup, de son nom grec : la lycophtalme, a quatre couleurs de roux, entourée d’un cercle blanc comme l’œil des loups auquel elle ressemble complètement. »

Symboliquement, le tigre est l’animal idéal pour désigner cette pierre car dans la culture chinoise il incarne la force et la protection, tout comme la pierre. Au Japon, l’œil-de-tigre est traditionnellement utilisé en pigment minéral dans l’art de la peinture au même titre que le jaspe, l’agate et la malachite. Ces pigments sont connus sous le nom Iwa enogu岩絵の具et l’œil-de-tigre s’appelle alors teishicha.

En 2005, un mineur a découvert le plus gros des spécimens jamais trouvés. D’abord exposé au salon des gemmes et minéraux de Tuescon en Arizona, il est ensuite découpé en tranches. On l’admire désormais sur le comptoir de réception d’un hôtel luxueux de Port Hedland et au musée de Kalgoorlie, célèbre ville minière de l’Australie où il forme un impressionnant dessus de table.

Introduction :

Pour commencer définissons ensemble ce qu’est un œil de tigre.
Un Œil de tigre est composé de dioxyde de silicium (Sio2), il est jaune et brun avec des éclats soyeux, l’oeil de tigre est une pierre protectrice elle réfléchis le négatif vers sont émetteur.

Son nom provient de sa ressemblance avec l’œil de l’animal. Il fut découvert dans les années 1800 en Afrique du sud. On a d’abord pensé qu’il s’agissait d’une pierre très rare et fut donc vendue comme une pierre précieuse très chère. Mais d’autres dépôts furent découverts, d’abord en Afrique occidentale, et au début des années 1900, l’œil de tigre devint une pierre semi-précieuse de prix modeste.

Sous l’Empire Romain, la pierre œil de tigre était utilisée par les guerriers et soldats pour se protéger lors des batailles. Plus tard au moyen-âge, l’œil de tigre était porté en pendentif œil de tigre afin de repousser les sortilèges et chasser les mauvais esprits. Cette pierre singulière avait également la réputation d’être la pierre « qui voit tout », grâce à son aspect..

Dans l’Antiquité, on ne retrouve pas de description exacte correspondant à l’œil-de-tigre mais quelques rapprochements sont possibles à condition de ne pas oublier la mise en garde de Pline l’Ancien : « Il serait bon d’avertir le lecteur que, suivant le nombre varié des taches et des inégalités, suivant les différents auteurs et les différentes nuances des veinures, les noms ont souvent changé pour une substance qui restait la même la plupart du temps».

Les musées et les salles des ventes actuelles exposent fréquemment des objets en œil-de-tigre venus d’orient ou d’occident datant des XVIIème et XVIIIème siècle. Il s’agit le plus souvent de figurines mais on peut admirer également des coupes, des tabatières, des bouchons de flacons, des brûleurs d’encens….

Opale d’Australie




Aujourd’hui encore ces habitations sont toujours utilisées et correctement entretenues.

Les mines les plus connues sont White Cliffs et Coober Pedy.

Coober Pedy fut  l’endroit de la découverte d’une variété d’Opale foncé et colorée que l’on nomma l’opale noire. C’est un des gisements les plus importants du monde.

Introduction :

Pour commencer définissons ensemble ce qu’est l’opale d’Australie.
L’opale d’Australie est une variété d’Opale que l’on ne trouve uniquement en Australie, Sa couleur de base va du vert au bleu.

Avant d’être le pays que nous connaissons maintenant, l’Australie possédait un climat plutôt océanique mais la chute brutale des températures au Miocène a eu pour résultat la création d’opale sous la forme de nodules. (Opale noble).

L’engouement fut tellement intense qu’au 19ème siècle une ruée comparable à celle de l’Or eu lieu près de la province d’Adélaïde..

Le climat étant tellement sec et chaud (environs 50°C), les premiers mineurs arrivés sur place ont vite décidé de creuser au sein même des galeries de gemmes leurs propres habitations troglodytes. La température passait donc de 50 à 20-25°C.

N’hésitez pas à chercher sur Google des images ou infos sur ces gisements.

Les minéraux




L’origine des minéraux

Les minéraux sont d’origine naturelle; ce qui signifie qu’ils se créent et se transforment constamment dans la nature au travers de processus chimiques et physiques complexes. Le verre, l’acier, le plastique et autres minéraux fabriqués par l’Homme, ne sont donc pas des minéraux. D’autres minéraux composés, créés par la main de l’Homme, ne le sont pas d’avantage, même s’ils sont tous naturels. La formation des minéraux est très variée: elle peut intervenir aussi bien à l’intérieur de la Terre, que sur la croûte terrestre, que ce soit à sa surface ou très proche de celle-ci.

Ce sont toujours des corps solides

A la surface de notre planète, la plupart des matériaux se trouvent à l’état solide et forment des minéraux. Exception faite du mercure qui, bien qu’on le rencontre à l’état liquide à température ambiante, est considéré comme un minéral: il se cristallise, en effet, à des températures inférieures à -39°C. Dans le manteau, c’est à dire la couche intermédiaire entre le noyau de notre planète et la croûte terrestre, les minéraux sont en fusion et prennent la forme d’un matériau liquide, très visqueux mélangé à des fragments encore solides.

Introduction :

Pour commencer définissons ensemble ce qu’est un minéral.

Un minéral est un solide naturel homogène ayant une composition chimique et des propriétés physiques bien définies. Sur la Terre, depuis son noyau de fer quasiment pur jusqu’à l’immense variété de roches de sa croûte terrestre, tout ce qui n’est pas vivant est constitué de minéraux. Et bien que nous soyons entourés de ces minéraux, il n’est pas toujours facile de les reconnaître…

Les minéraux se forment sur notre planète à partir de divers processus géologiques. Il s’agit, pratiquement à chaque fois, de substances solides et presque toujours inorganiques, constituées d’atomes, selon une composition chimique et une structure atomique bien définies. Il existe des matériaux comme la nacre ou l’ambre qui, bien sur ressemblant à des minéraux, ne peuvent pas en réalité être considérés comme tel, en raison de leur origine biologique. Aujourd’hui, on connait environs 4500 variétés de minéraux classés et on en découvre toujours de nouveaux.

Des objets de collection appréciés

Les minéraux ont été les premiers outils, mais également les premiers bijoux. La très grande variété de minéraux existants nous est très utile dans la vie quotidienne, mais suscite également notre curiosité et le désir de les collectionner.
Collectionner les minéraux est une occupation passionnante qui peut se révéler d’un grand intérêt si la collection est structurée correctement et si elle constitue une source de savoir sur le monde naturel qui nous entoure.

Le commerce des pierre précieuse




Les gemmes du nouveau monde

La colonisation de l’Amérique ouvrit des perspectives insoupçonnées avec l’arrivée de nouveau produits en grandes quantités parmi lesquels les métaux nobles, l’or, l’argent, et les pierres précieuses. L’énorme pouvoir politique de l’Empire espagnol aux XVI et XVII siècles rendit possible l’occupation et la colonisation de la plus grande partie de l’Amérique, depuis le Mexique et la Californie jusqu’à l’Amérique Centrale et les Antilles ainsi que les vastes étendues des territoires du Sud. L’or fut le premier objectif d’une couronne espagnole épuisée, avide de ce métal si précieux, au moment où les caisses de l’Etat étaient vides, à cause des courts énormes des guerres successives contre d’autres pays. Pour trouver de l’or et de l’argent, des expéditions et des campagnes de colonisation furent entreprises vers l’intérieur du continent américain. Elles se terminèrent bien souvent de façon dramatique, tant pour les peuples indigènes colonisés qui virent leurs populations décimées et leurs sociétés mises à feu et à sang, que pour les colonisateurs, victimes des populations locales ou des dangers de toutes sortes durant le voyage.

Les émeraudes et les boucaniers

La découverte des richissimes gisements d’émeraudes de Colombie fut le point de départ d’une intense activité d’extraction minière, pour laquelle les Espagnols utilisèrent les populations indigènes comme esclaves.. On ignore quelles quantités d’émeraudes parvint à la cours espagnole, mais on suppose qu’une grande partie d’entre-elles vint remplir les coffres des vice-rois de la Nouvelle Espagne. Une part considérable des pierres extraites dut tomber entre les mains des corsaires qui infestaient la mer des Caraïbes, financés par la France, la Grande Bretagne et la Hollande. Les boucaniers, d’abord installés sur l’ile de l’Espanola (aujourd’hui Hispaniola ou ile de saint Domingue), puis plus tard sur l’ile de la Tortue et en Jamaïque, instaurèrent leur propre réseau commercial lucratif avec les produits pillés aux navires espagnols. Par l’intermédiaire de leurs agents, ils les faisaient parvenir aux magnats du continent. Ainsi, il n’est pas rare de trouver des émeraudes colombiennes datant de cette époque dans les trésors royaux des monarchies européennes, alors qu’aucune de ces gemmes n’est officiellement conservée par l’Espagne.

Introduction :

Il est fort probable que la quête pour découvrir et amasser les gemmes ait commencé avec la croyance qu’elles avaient une origine divine. L’homme avait connaissance de la chute sur Terre de certains corps célestes, ce qui l’amena à penser qu’ils étaient envoyés par les dieux. Il attribua alors cette origine, ainsi qu’une série de pouvoirs magiques à n’importe quelle pierre présentant certaines qualités remarquables, en particulier la couleur, la transparence et l’éclat. Ceux qui détenaient le pouvoir, et par conséquent les seuls à pouvoir s’offrir de couteuses gemmes, les collectionnaient avec ostentation face à leurs rivaux, même s’ils devaient pour cela s’acquitter de sommes exorbitantes..

Les voyages des gemmes

Dans l’antiquité, ni les connaissances géologiques, ni les capacités techniques n’étaient suffisantes pour trouver des gisements de gemmes. Si l’on ajoute à cela le fait qu’une grande partie de la planète était encore inconnue et que les cartes de l’époque étaient très rudimentaires, il est aisé de comprendre combien les pierres précieuses étaient rares et qu’il fallait, pour en obtenir, attendre leur arrivée depuis des contrées lointaines. Les peuples arabes nomades établirent des routes commerciales pour relier l’Europe à l’Extrême orient. Grâce à elles, et par l’intermédiaire des caravanes, des produits exotiques tels que les épices, la soie et les gemmes, en provenance notamment d’Egypte, d’Inde et du Moyen Orient, commencèrent à arriver en Occident. La nouvelle de l’arrivée des caravanes se répandit comme une trainée de poudre dans les cours européennes, où les commerçants étaient reçus et traités comme de grands seigneurs.

Le peuple juif et les gemmes

Bien que les Arabes contrôlaient les routes commerciales, leurs principaux centres économiques étaient souvent trop éloignées de l’Europe pour que leurs produits soient toujours accessibles aux cours et aux marchés européens. C’est pourquoi d’autres groupes ethniques, géographiquement plus proches et également nomades, notamment les Juifs, servirent de passerelle entre l’Orient et l’Occident. Ils établirent de solides structures commerciales, acquirent de grandes connaissances en gemmologie et apprirent en le perfectionnant l’art de la taille et du facettage, dans lequel ils excellèrent. Aujourd’hui encore, on peut voir dans les vieux quartiers juifs de nombreuses villes de vieille Europe, des rues aux noms faisant allusions aux métiers gemmologiques, et il existe encore de nombreuse familles juives, véritables dynasties de joailliers, d’orfèvres, de tailleurs, de gemmologues, de négociants et de grossistes de gemme.

Comment ressentir les pierres au quotidien ?



Burma, Myanmar, Mogok. Cinema gemstone market.

Apprendre à ressentir ces minéraux personnels

Outre les signes qui restent la partie palpable pour les plus réfractaire aux ressenti pur, il y a aussi le ressenti quotidien.

Je vais vous expliquer ces différentes choses avec des exemples concrets et vécus.

Exemple 1
Lorsque vous portez par exemple une pierre contre le stress mais que ce matin vous vous êtes levé un peu anxieux, votre matinée vous a un peu rendu aigri, les personnes autour vous procure un stress inhabituel, eh bien dites vous qu’il est clairement temps de purifier votre pierre.

Exemple 2
Imaginons aussi que vous veniez de purifier votre pierre et que vous l’ayez laissé de recharger (soleil ou lune).

Vous l’a récupérez et pendant cette première journée vous observer qu’elle n’a plus aucun effet ou qu’il s’est estompé.

Faites simplement le constat que votre minéral a encore besoin d’un cycle ou que la méthode utilisée était la mauvaise.

Réessayez ou modifiez votre approche.

GARDEZ A L’ESPRIT QUE PERSONNE AU GRAND JAMAIS NE DOIT TOUCHER DE QUELQUES MANIERE QUE CE SOIT VOTRE MINERAL. PEU IMPORTE SA FORME, SA FONCTION OU SA VISIBILITE. UN MINERAL EST PERSONNEL ET NE DOIT PAS ETRE MARQUE PAR UNE AUTRE ENERGIE QUE LA VOTRE.

Vivre avec un ou plusieurs minéraux nécessite à la fois une organisation mais aussi une certaine méthode et respect des bases de la lithothérapie.

J’espère que ce petit article vous aura aidé à mieux comprendre comment ressentir les minéraux dans son quotidien.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à venir vers moi je vous répondrais avec plaisir.

Introduction :

Pour commencer définissons ensemble « ressentir un minéral ».

Il est très compliqué de ressentir l’énergie d’un minéral même si vous êtes du métier c’est très difficile.

Cependant il existe quelques petites astuces que vous pouvez utiliser au quotidien.

Bien sur pour les personnes Cartésienne vous allez franchement avoir du mal, sachez que la lithothérapie n’est pas une science palpable, vous ne pouvez donc pas y trouver un gout, une odeur ou un son. Il va vous falloir à la fois user de visualisation mais aussi posséder un grand sens d’observation pour voir et interpréter les « SIGNES » Mais vous me direz, c’est quoi les signes ?

Eh bien un signe est un évènement de l’instant « T » ou vous vous trouvez qui vous est proposé mais qui se trouve être très discret et parfois il est difficile de les percevoir ou alors on s’en rend compte lorsqu’il est trop tard.

Je vous donne un exemple récent

Un ami à moi était en train de purifier un minéral personnel à l’encens et au bout d’environ 30 secondes la pierre lui a échappé des mains en tombant violemment dans un bruit sourd.

Son premier réflexe un peu néophyte à été de reprendre la pierre pour continuer la purification.

Ayant vu la scène d’un œil extérieur je lui ai suggéré que sa pierre venait de lui dire « Stop je suis purifié merci »

Ceci est donc un signe parmi tant d’autre que vous devez apprendre à ressentir et à voir.

Si vous réussissez à les distinguer, vous réussirez à mieux travailler ou vivre avec vos minéraux.

Attention cependant, toutes actions n’est pas forcément un signe. Ne voyez pas dans chaque moments de vie un signe ce n’est pas aussi facile.

Il va vous falloir du temps pour bien les analyser et les voir, ne soyez pas déçu de ne rien voir au début.

Le Rubis du Myanmar



Burma, Myanmar, Mogok. Cinema gemstone market.


En 1875, deux gemmes ont été taillées avec 32 et 38 carats respectifs. En 1899 un rubis Sang de pigeon de 77 carats a été trouvé

Les plus grand trouvés restent le Edward pesant 167 Carats et conservé au British muséum ainsi que le Hixon pesant 196 carats que vous pourrez voir au musée d’histoire naturelle de Los Angeles.

Cette vallée aux merveilles ne recèle pas uniquement des Rubis, vous pourrez y trouver les gemmes suivantes : Saphirs bleus ou miel, spinelle, péridotes, apatites, scapolites, adulaires (pierre de lune), zircons, grenats, iolites et aussi plus classique des Améthystes. J’espère que cet article vous aura plu, n’hésitez pas à le partager.

Introduction :

Pour commencer définissons ensemble ce que veux dire Myanmar et Rubis

Myanmar ou (République de l’Union du Myanmar)  est le nouveau nom de l’ancienne Birmanie depuis 2010. Bien que le mot Birmanie reste encore bien ancré dans les mœurs.

Dans le district de Mandalay, la ville minière de Mogok est celle ou l’on extrait et fabrique les plus beaux Rubis du monde en ayant gardé des méthodes exploitations datant de près de 4 siècles.

Mogok est situé à 1200 m d’altitude et est le centre de la vallée des Rubis ou ils sont extraits.

Les joailliers du monde entier se battent pour obtenir ses Rubis qui ont une qualité et un rouge des plus magnifiques. La variété la plus prisée est  la «  Sang de pigeon » grâce à sa couleur pure et intense, elle a parfois même une valeur bien plus forte que le Diamant lui-même.

Nous savons que depuis 1597 le gisement principal est devenu la propriété du Roi de Birmanie mais il pourrait dater de bien plus longtemps.  A cause de nombreux pillages de nos jours et aux manque de sécurité dans les ventes, la production et le commerce de ces gemmes sont contrôlées et gérées par l’armée.

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :